Le laboratoire Ceric & son étude sur les combustibles avec Lionel Druette


 laboratoire Ceric


Le chauffage au bois domestique est la première énergie renouvelable utilisée par les français et la plus appréciée d’ailleurs ! Nous sommes nombreux à avoir des souvenirs au coin du feu. Oui, mais il est aussi important d’utiliser efficacement son foyer, son poêle ou sa chaudière pour valoriser au maximum le pouvoir calorifique du bois.
Le laboratoire CERIC réalise des tests, mesure et quantifie les performances dans le domaine du chauffage au bois. Donnons lui la parole par l’intermédiaire de Lionel DRUETTE, Directeur Technique du CERIC.
 

 

Pouvez-vous nous présenter le CERIC, ses missions et ses travaux ?


Le laboratoire CERIC, fort de ses 20 ans d’expertise, est le laboratoire référent en Europe dans les domaines de la cheminée et des énergies durables. Il est le seul laboratoire qui développe, teste et valide l’ensemble des éléments de la combustion (combustibles, conduits et appareils) au travers de ses trois activités principales : la recherche appliquée, le développement de produits et le suivi qualité.
Les résultats de ses essais enrichissent régulièrement les travaux de normalisation français et européens ainsi que les programmes de formation des professionnels, en partenariat avec l’AGECIC organisme de formations.
Dans les années à venir, le CERIC va poursuivre ses investissements afin d’accroître ses moyens de recherche et de développement dans les domaines de l’efficacité énergétique, de la sécurité et des énergies renouvelables.

 

Répondez-vous régulièrement à des appels à projets, notamment de l’ADEME ?


Nous participons régulièrement à des projets financés par l’ADEME. Ils nous permettent de réaliser des études de recherche appliquée en partenariat avec d’autres laboratoires ou industriels. Ces projets sont pour nous, l’occasion d’acquérir de nouvelles connaissances scientifiques techniques et de valoriser le chauffage au bois de qualité sous ses différentes formes et enfin de développer de nouvelles solutions innovantes d’évacuation de produits de combustion.

 

Pour quelle(s) raison(s) avez-vous mené cette étude sur l’importance de l’emploi d’un combustible de qualité dans un appareil de chauffage au bois, de nouvelle et ancienne génération ?


Les nombreux essais de fonctionnement de poêles ou d’inserts réalisés au CERIC ces dernières années nous ont montré l’importance du choix du combustible pour obtenir une combustion de qualité. Quelques études européennes en faisaient aussi état, mais sans toutefois nous donner les caractéristiques à atteindre pour qualifier un combustible « de qualité ».

Les performances techniques des appareils ayant fortement augmenté, il nous semblait important d’approfondir nos connaissances sur le combustible avec le soutien de l’ADEME et l’appui du LERMAB, INVICTA et SEGUIN. Cela a été l’objet de l’étude QUALICOMB.

 

Quels résultats avez-vous pu faire ressortir de ces mesures et  analyses ?


Premièrement, le choix du bois bûche a une importance significative sur les performances de l’appareil, sur la restitution d’énergie dans la pièce d’utilisation et donc sur les consommations. Le paramètre le plus influant est son humidité, puisque même du combustible équivalent à seulement 1 an de séchage à l’air libre dégrade visiblement la combustion.

Les autres impacts sur la qualité de combustion sont la présence d’écorces et la section de la bûche, il faut privilégier des bûches fendues à des rondins de grosses section.
Ensuite, ces différents impacts sont visibles sur des appareils d’ancienne génération tout comme sur les appareils récents et performants. En valorisant l’utilisation de bois bûche de qualité il est donc envisageable d’améliorer la qualité de l’air et les consommations de manière globale.
Enfin, il a été démontré que l’utilisation de bois bûche de qualité permet d’atteindre les performances annoncées des appareils en conditions réelles de fonctionnement. Cette conclusion nous semble importante puisqu’elle montre que les améliorations techniques proposées par les fabricants ont des répercussions réelles sur le terrain pour les utilisateurs.

 

Quelles recommandations avez-vous pu formuler auprès des pouvoirs publics et des professionnels de la filière?


Nous avons largement communiqué sur le sujet. Nous avons par exemple participé au colloque PRIMEQUAL, le 25 septembre 2018 pour y exposer nos résultats. Nos recommandations ont été d’accompagner le renouvellement des appareils domestiques qui doit s’opérer avec une sensibilisation à l’utilisation de combustibles de qualité et une installation bien dimensionnée et entretenue.
Ce triptyque nous semble primordial pour éviter les problèmes de fonctionnement des appareils, mais aussi pour accélérer la réduction des émissions de particules du parc de chauffage au bois domestique.

 

Travaillez-vous sur d’autres appels à projets ?


Nous avons d’autres projets de recherche à venir, pour compléter les travaux actuels sur le triptyque « appareil, combustible, conduit ». 






2019-06-26 00:00:14
retour aux actualités chauffage au bois

Donnez votre avis :

Votre Prénom * :
Votre Nom :
Votre Email * :
Votre Département (en chiffre) * :
Votre Appareil de chauffage :
Votre Commentaire (400 caractères max - lien non autorisé) * :


Un service du réseau
réseau chauffage au bois
(c) Tous droits réservés CanoP
Conditions générales & mentions - Contact - Cookies

S'équiper
poelesabois.com
s'informer sur les appareils
de chauffage au bois ...
cheminee.net
s'informer sur les cheminées ...

s'approvisionner
bois-de-chauffage.net
trouver un vendeur de bois près de chez
vous et comparer ...
allobois.com
commander bois et granulés en ligne ...

entretenir
alloramonage.fr
Entretenir votre appareil ...